Pas encore de compte? inscrivez-vous!

petits machismes

du quotidien

Boulot | Rue | Mecs | Famille | Amis
Raconter un pmdq !

Pmdq. J'ai mal au dos depuis 2 semaines, je vais voir un ostéo. Il me manipule puis, lui demandant ce qu'il ne va pas, me dit “vous savez, ce genre de désequilibre du bassin, c'est typiquement féminin.” “ah oui, pourquoi ?” “vous croisez beaucoup les jambes ?” et là je m'entends lui répondre : “oui, bien sûr, quand ma mère me voyait assise avec les jambes ouvertes, elle me disait que j'étais indécente, donc j'ai pris l'habitude.” il rigole. Je lui dis “Mon Dieu c'est horrible ce que je viens de dire”. Il me répond “Non mais il y a aussi des hommes qui croisent les jambes”. OK.
25 fév. 14:47 par Déborah
Pmdq. Texting with a male friend who says he's really interested in feminism. Maybe a little confused about it still. I type a word too quickly and it came out wrongly. He writes “this must be in feminist language : spoken with 4 lips.” Congrats, as men are often reduced to their penis to the great result that we know, women can now also be reduced to their genitals. No, feminism is not about men and women fighting together for more justice... it's about, uh, my penis and your, uh, vagina.
25 fév. 14:46 par Déborah
Pmdq. Met a woman yesterday who was the epitome of “toxic femininity”, actually as toxic as “toxic masculinity” is. Actually both are kind of part of the same patriarchal bullshit.
25 fév. 14:46 par Déborah
Pmdq. Dans le genre #experiencesympa dans l'espace public, une amie m'a raconté ce matin qu'un jour, un homme lui a léché l'épaule dans le métro. Oui, vous avez bien lu. Dégoûtée, elle n'a pas voulu se retourner pour regarder son agresseur, elle s'est dégagée et est sortie à la prochaine station : elle a dû rester prostrée une heure sur une chaise avant de pouvoir bouger. Quand ton corps appartient à celui qui pense avoir le droit d'en jouir à sa guise...
25 fév. 14:45 par Déborah
Pmdq. In French, the female adjective “professional” also means prostitute. Could this culturally be the trade by excellence of a woman ? I was just pondering when hearing someone say that word today : why does un professionnel sound so, well, professional, when une professionnelle sounds kind of, um, sexual.
25 fév. 14:45 par Déborah
Pmdq. Hier dans un Uber pool. Une fille assez tendue monte avec un de ses potes. Elle commence a parler d'un ton plutôt stressé de sa boîte de conseil. Elle arrêtait pas de dire “ça s'est su, donc les RH nous ont convoqués”. En gros sa boîte de conseil a fusionné avec une autre boîte. Et le management de la deuxieme boîte (exclusivement masculin) se comportait de manière plutôt déplacée avec les jeunes recrues de la première. Elle arrêtait pas de dire “ils sont en senior management, ils font des notes de frais, donc ils arrosent... et ensuite ils proposent...et c'est dur de savoir mettre les limites... entre la drague polie, les allusions, les attouchements”. Les RH ont dû organiser un séminaire pour apprendre à ces managers que ça ne se faisait pas. Un peu dépitée, elle ajoute que depuis qu'ils ont fait le séminaire, ils ne viennent plus dire bonjour le matin... ce qui avait l'air de la stresser, vu la position hierarchique dans laquelle elle se retrouve. Puis elle me raconte qu'à une soirée d'entreprise dans son ancienne boîte, son boss lui a mis la main au cul puis, quand elle l'a recadré, lui a dit “Lucie, considère ma position hierarchique ou ne la considère pas... en fonction de ce qui t'excite.” Well done ! Il fallait l'inventer!
Non, il n'y a vraiment rien de macho dans le terme “promotion canapé”. Ca n'est pas du tout une culture machiste qui décrit une réalité totalement répandue dans le monde de l'entreprise où les positions de pouvoir sont trustées par les hommes.
D'ailleurs je lui pose la question “du coup en plus dans ta boîte il n'y a que des hommes dans le management?” “Oui, enfin quasiment. Enfin dans le top management il y a que des hommes. A la direction générale. Mais dans le management de proximité il y a des femmes, et c'est ça le plus important”. Ah.
25 fév. 14:45 par Déborah
Pmdq. Culture HEC. Quelqu'un peut il m'expliquer pourquoi le nom de notre promo est “Promotion Canapé” ? Et pourquoi avec 50% de filles ce nom a quand même été voté ? Peut-être parce que la culture de cette école est profondément machiste et que tout le monde a trouvé ça drôle. Peut-être que pour se sentir faire partie de cette école il faut avoir intégré sa dose de machisme intériorisé. Ou peut-être qu'il y avait pas d'assoce féministe à HEC, d'ailleurs il y en a toujours pas. A Sciences Po il y en a 3.
25 fév. 14:44 par Déborah
Pmdq. “La femme est un trou sans fond”. J'avais noté ça dans la marge pendant un cours de prépa. En fait, mon prof de philo venait de le dire avec un sourire en coin pendant qu'il élaborait sur je ne sais quel sujet. Enormes rires dans la classe. HA HA HA. Dédoublement de personnalité : pour adhérer il faut penser qu'on n'est pas une de ces femmes, mais si, il parlait de toutes les femmes. Pourquoi ça nous faisait rire ? Dans une promo de 50 à Louis le Grand où il n'y avait que 7 garçons ?
25 fév. 14:44 par Déborah
Pmdq. Avec deux amis au restaurant j'evoque les violences et agressions venant d'hommes que toute jeune fille commence à vivre vers 10-14 ans. Exhibitionnisme, masturbation dans les lieux publics en regardant l'adolescente, insultes dans la rue, ... tout ce qu'on sait très bien entre filles pour l'avoir vécu ou l'avoir entendu de nos copines.
Réaction “Non on te croit pas. C'est pas vrai tu exagères.”
“ Euh je crois que c'est parce que vous êtes des mecs qu'en fait vous n'êtes pas au courant.”
“ T'exagères tu dis n'importe quoi”.
“ ok, demandez à vos copines de quand date leur premiere agression dans la rue”.
Plus tard dans la soirée, on retrouve la petite amie de l'un d'entre eux.
Je lui demande “ Ca date de quand toi ta premiere agression machiste dans la rue?”
Elle, très spontanément : “euh 14 ans. Je me suis fait traiter de salope puis le mec m'a demandé si je suçais pour un Mars.”
25 fév. 14:44 par Déborah
Pmdq. Au yoga. On fait un équilibre sur les poignets. La moitié des élèves flanche. Le prof rigole : “Ici c'est du hatha yoga. Ici c'est pas un cours pour petites filles fragiles”. Compris bande de petites fiottes ? Je n'arrive pas à m'en empêcher : “Il y a des petits garçons fragiles aussi, non ?” Il répond : “Oui ! Je suis sûr que t'en as connu! ” ???!
25 fév. 14:43 par Déborah
Pmdq. Je sors du commissariat. Je passe sans faire expres a lexterieur de la barriere de police. Un policier me dit “ah non, là c'est pour les voitures de police, vous c'est par là”. Moi : “mais je suis une voiture de police!”. Lui, me regardant de haut en bas: “ah non, elles sont en moins bon état”.
25 fév. 14:43 par Déborah
Pmdq « Un jour, j’ai téléphoné à François Fillon pour lui dire de venir inaugurer un centre pour des personnes en difficulté. Il m’a dit : “Non, je peux pas, je t’envoie mon assistante.” Je lui ai dit : “Mais j’ai pas besoin de ton assistante !” Il m’a dit : “Oui mais c’est ma femme. Mon assistante, c’est ma femme.” »
25 fév. 14:42 par Déborah
Pmdq. Yesterday we were in a cab in NY with a friend. We start talking about urinary tract infections (sexy right). The cab driver starts commenting on the conversation, we thought it was funny. He says men don't have UTI's “because we have a penis and you have a vagina”. I'm like : ah, an UTI doesn't happen in the *vagina*. In the US you have one word to talk about like 5 different things. Then he turns around very seriously and asks us “Ok. Can I ask you a question. What is the uterus ? What is it for ?” My friend asks him “are you serious?” He says yes. So we tell him. He's 25.
25 fév. 14:42 par Déborah
Pmdq. This guy I know who has a great menswear inspiration blog posted a picture of philosopher Louis Althusser yesterday on his instagram. I commented “This guy killed his wife no”. He answered “Yes, but in a fit of madness...this guy is one of the greatest French philosophers”. I answered “Yes, like Roman Polanski who drugged and raped a 13 year old but is considered one of the greatest American directors”. He didn't answer. This morning I realized he had deleted the comment thread.
25 fév. 14:41 par Déborah
Pmdq. Didn't think the first time it would happen to me would be at a casual dinner at home but yesterday a male friend jokingly called me bossy. He told the table laughing “she's the bossiest person I know. I think it's a nightmare to work with her.” Well, that's a good opportunity to recall www.banbossy.com.
25 fév. 14:41 par Déborah
Pmdq. Mon photographe veut faire mon portrait pour un article. Devant le modele quon est en train de shooter et mon equipe qui entend tout a coté il me dit “on commencera habillée puis...” et ensuite “il y aura de la demande”. / My lookbook photographer wants to make my portrait for an article. In front of the model we are shooting and my team who can hear next door he tells me “we will start with clothes on then...” He adds “you will be in 'demand'”.
25 fév. 14:40 par Déborah
Pmdq. So many times at Pitti visitors have asked me, confused : wait is this a men's or women's line ? I said it was menswear. Then invariably they asked : so when are you launching the women's line ? I said this actually also was the women's line. They walked away even more confused ...
25 fév. 14:40 par Déborah
Pmdq. Ever feel like you're repeating the same conversation over and over again ? Tonight someone at a dinner told me I was “ballsy”, I told him in case he hadn't noticed, I was a woman... and he might consider using the ungendered word “courageous”. But something different happened. He apologized and said I was right.
25 fév. 14:40 par Déborah
Pmdq. Surrounded with men expressing their insecurities about their weight or muscles or workout... the problem is not only about women's bodies. It's about any kind of body imposed as a norm, that will make people go through restrictions and self-hate to try to meet that standard.
25 fév. 14:39 par Déborah
Pmdq. Culture HEC. Comme le disait un de mes anciens camarades en commentaire à ma lettre au nouveau directeur d'HEC, il n'a pas été bizuté à HEC. Il doit pas se souvenir. On est dans un immense réfectoire, c'est un des nombreux dîners de promo. Les 2e année entonnent alors aux 1ère année que nous sommes le refrain que nous entendons sans cesse sur le campus depuis les oraux des concours : “Les 1A sont des homosexuels. Des homosexuels. Des homosexuels. Les 1A sont des homosexuels. Des homosexuels. Des homosexuels.” Sur un air entre le “ petit bonhomme en mousse ” de patrick sebastien (une référence!) et une de ces chansons bien viriles qu'on chante dans les matchs de foot. Allez la France!
Mais en fait, tout le monde chante. Je suis horrifiée. Je me demande si des homosexuels dans la promo se sont dit à ce moment là, en voyant leurs potes rigoler, qu'il valait mieux chanter avec les autres. Mais bon, je me tais, je suis juste en train de me faire bizuter avec un slogan homophobe en 2003, tout va bien. Au cas où on aurait pas compris avec leur allusion très pratique : être homosexuel, c'est censé être inférieur, et humiliant. Tolérance et partage.
25 fév. 14:39 par Déborah dans Boulot
Pmdq. Culture HEC. Le master que j'ai fait, en dernière année d'HEC s'appelle “Entrepreneurs”. C'est un des plus réputés, des plus valorisés à HEC. Mais en fait, personne ne l'appelle Entrepreneurs. Tout le monde l'appelle “Pineurs”.
Un petit rappel, au cas où :
“piner – v.tr.
Faire l'amour, baiser, posséder (une femme)”

Famille : pine (sexe masc.)
25 fév. 14:38 par Déborah dans Boulot
Pmdq. La dernière fois, un ami a vu chez moi un livre sur le feminisme. Il le feuillette et tombe sur un paragraphe sur la culture du viol. “Mais la culture du viol, c'est pas vrai ça, non ? Elle exagère” Ah! le truc où chaque femme à peur en permanence de se faire violer par un homme... quand elle marche seule dans la rue, quand elle va à une soirée et qu'elle regarde son verre pour être sûre qu'on lui met rien dedans, quand elle contrôle ce qu'elle dit, ce qu'elle porte et comment elle se comporte , quand elle prend des cours d'arts martiaux préventifs pour apprendre à se défendre de potentiels agresseurs, quand elle pense qu'il faut qu'elle apprenne à dire non “pour de vrai” parce qu'elle a déjà dit non et qu'elle s'est quand même faite abuser ? Ah oui c'est sûr. Ça existe pas.
25 fév. 14:38 par Déborah dans Mecs
Pmdq en direct. Je suis dans un de nos amis Uber. Je partage avec une fille. Elle va continuer le trajet après moi. Elle me demande un mouchoir, je n'en ai pas. On en demande au chauffeur. Elle me tend son portable. Elle avait ecrit “le taxi ça va ? Je me suis dejà faite emmerder et je veux pas que ça recommence”. Je lui fais signe que je pense que ça va. Avoir peur de prendre un taxi.
25 fév. 14:38 par Déborah dans Rue
Pmdq. Un pote “je t'ai ramené ce vin d'un restau, le sommelier m'a dit que c'était un bon vin pour une fille”. Ah oui pourquoi ?
- Il a un côté “floral”.
25 fév. 14:37 par Déborah dans Mecs
Pmdq. Je passe à une soirée ou je rencontre un adorable et intéressant créateur d'entreprise. On discute beaucoup, on a plein de choses à se dire avec nos projets. Il a deux filles. Il me parle de la plus petite : “elle croit qu'elle est un mec !” Wow - je me dis : il a une petite transgenre, c'est un truc de ouf. Je lui demande comment ça se manifeste.
“Bah en fait, elle adore les super heros, elle croit quelle est un superheros, elle dit qu'elle est pas une fille.”
“Ok, mais cest quoi une fille pour elle?”
“Bah une princesse. Une faible.”
Aaaah..... c'est donc pour ça qu'elle croit qu'elle est un mec. Elle se dit qu'elle peut tout faire, qu'elle est forte. Donc elle n'est pas une fille, donc elle est forcément un mec. Elle, c'est le superheros, pas la princesse qu'il faut sauver. Je crois que je vois très bien ce qu'elle veut dire.... je crois surtout quil faut que j'en parle à mon chauffeur de taxi de vendredi Raphaël Vidal.
25 fév. 14:36 par Déborah dans Amis
Pmdq. On poursuit la conversation. Apparemment l'avocat en question serait critiqué en secret par le conjoint de cette avocate qui lui sous-loue ses locaux (Dieu que cest compliqué cette histoire...). Je lui demande comment il l'a su. Lui : “sa secretaire a cafté”. L'autre avocat : “comme quoi, il faut se méfier des femmes...”. Je lui dis “ah bon ? c'est parce que la secrétaire est une femme qu'il faut s'en méfier?” Léger malaise, silence. On était 3 femmes et 2 hommes à ce dîner. A ce moment là je me demande ce qui fait qu'avec une assurance tranquille un homme puisse dire cela devant trois femmes et etre quasi assuré de leur silence. Je crois que si j'avais pas eu ce blog, j'aurais rien dit non plus... on est tellement habituées. On finit presque par le croire nous-mêmes, qu'il faut se méfier des femmes. En même temps, vive le patriarcat, rien de tel que diviser pour mieux régner.
25 fév. 14:36 par Déborah dans Rue
Pmdq. Hier je dine avec deux avocats. L'un dentre eux a un probleme avec une avocate a qui il sous loue une partie de ses locaux. Il est tres remonte contre elle. Je lui demande quel est son tort. Sa compagne, qui dinait avec nous “bah elle veut etre son egale”. Moi : “ah bon? En quoi cest un tort?”. Elle, du tac au tac “bah cest une femme...”
25 fév. 14:36 par Déborah dans Rue
Pmdq. Dans un bar un couple. Elle tient une pinte, lui un quart. Reaction “vous avez inversé?” Je regarde Nath Alie. Pmdq.
25 fév. 14:35 par Déborah dans Rue
Pmdq en direct. Je suis dans un Uber depuis à peu près 15 secondes. “Vous voulez des bonbons, princesse ?”
25 fév. 14:35 par Déborah dans Rue
Une de mes amies a fait une progression professionnelle fulgurante. Très fière, elle en parle à son mari : “tu vois, cette année, jaurai fait x00 000€ de chiffre d'affaires.” Lui lui répond : “ok, mais avec tes employés, les charges, ça fait quoi ? Un petit salaire de 2000 euros pour toi, c'est tout.” Attristée, elle me dit qu'il lui donne l'impression d'avoir un salaire de caissière...
Ben oui, une femme qui devient indépendante financièrement, c'est moins pratique ! Autant la dévaloriser, c'est beaucoup plus viril !
29 nov. 16:16 par Déborah dans Amis

Raconter un pmdq !